Les ex-PCF

Le plus grand parti de France

Charles Denner (né à Tarnów (Pologne) le 29 mai 1926, mort à Dreux (Eure-et-Loir) le 10 septembre 1995), d’une famille juive polonaise, arrive en France à l’âge de quatre ans.

Comédien

Départ en 1956

Durant la Seconde Guerre mondiale, sa famille se réfugie à Brive-la-Gaillarde. Denner entre à seize ans dans la Résistance. Il est grièvement blessé à la colonne vertébrale lors de l'embuscade tendue par son groupe à un convoi nazi comprenant un camion de SS qu'il fait exploser à la grenade. Il reçoit la Croix de guerre pour ce fait d'armes.

Il entre au cours d'art dramatique de Charles Dullin. Il y suit des cours le jour, et travaille la nuit comme fort des Halles. Au Théâtre national populaire (TNP) de Jean Vilar, il donne la réplique à Gérard Philipe en 1951 dans Le Prince de Hombourg. Il joue avec Jeanne Moreau, François Périer, Michel Galabru.

Au TNP, il joue aussi Matti dans Maître Puntila et son valet Matti de Bertolt Brecht, mis en scène et joué par Georges Wilson. Il joue en duo avec Philippe Avron, dans L'idiot de Dostoïevski, mis en scène par André Barsacq au Théâtre de l'Atelier.

Militant communiste déterminé, il est si actif que Jean Vilar se lasse de sa présence et de son prosélytisme, et l’encourage à quitter la troupe. Son militantisme a été par moments très dommageable pour sa carrière.

Il quitte le PCF en 1956, suite au XXe Congrès du PCUS et aux événements de Hongrie. Il devient alors réfractaire à la politique. Ses amis le décrivent comme amer et blessé.

Il débute une carrière cinématographique, en 1955 avec Yves Allégret. Il joue de nombreux rôles dans les films de Louis Malle (Ascenseur pour l’échafaud), de François Truffaut (L’homme qui aimait les femmes), de Claude Chabrol (Landru), de Claude Lelouch (L’aventure c’est l’aventure).

Il meurt d'une pneumopathie à l'hôpital de Dreux.

Denner s’est marié à deux reprises. En 1950, il épouse Simone Jaquier, avec qui il a deux enfants.

 

Sources

Charles Denner - Wikipédia

Charles Denner – Encyclopédie biographique du monde ouvrier

Les orphelins du PC, Jean Pierre Gaudard, Belfond, 1986.

Œuvres

Cinéma

1955 : La Meilleure Part, Yves Allégret,

1957 : Ascenseur pour l'échafaud, Louis Malle,

1962 : Landru, Claude Chabrol,

1965 : Marie-Chantal contre docteur Kha, Claude Chabrol,

1965 : Compartiment tueurs, Costa-Gavras,

1966 : Le Voleur, Louis Malle,

1968 : La Mariée était en noir, François Truffaut,

1969 : Z , Costa-Gavras,

1971 : Les Mariés de l'an II, Jean-Paul Rappeneau,

1972 : L'aventure c'est l'aventure, Claude Lelouch,

1975 : Peur sur la ville, Henri Verneuil,

1976 : Mado, Claude Sautet,

1977 : L'Homme qui aimait les femmes, François Truffaut.

 

Théâtre

1949 : La Tragédie du roi Richard II de William Shakespeare, mise en scène Jean Vilar,

1949 : Le Cid de Corneille, mise en scène Jean Vilar

1950 : Henri IV de Shakespeare, mise en scène Jean Vilar,

1951 : Le Prince de Hombourg d'Heinrich von Kleist, mise en scène Jean Vilar,

1951 : Mère Courage de Bertolt Brecht, mise en scène Jean Vilar   

1952 : L'Avare de Molière, mise en scène Jean Vilar,

1952 : Lorenzaccio d’Alfred de Musset, mise en scène Gérard Philipe,

1954 : La Machine infernale de et mise en scène Jean Cocteau,

1957 : Marie Tudor de Victor Hugo, mise en scène Jean Vilar,

1958 : Ubu roi d'Alfred Jarry, mise en scène Jean Vilar,

1959 : Les Possédés d'Albert Camus, mise en scène Albert Camus,

1960 : La Résistible Ascension d'Arturo Ui de Bertolt Brecht, mise en scène Jean Vilar et Georges Wilson,

1961 : Antigone de Jean Anouilh, mise en scène André Barsacq,

1961 : Antigone de Sophocle, mise en scène Jean Vilar,

1964 : Maître Puntila et son valet Matti de Brecht, mise en scène Georges Wilson,

1966 : L'Idiot de Dostoïevski, mise en scène André Barsacq,

1967 : Le Roi Lear de William Shakespeare, mise en scène Georges Wilson,

1968 : Les Rosenberg ne doivent pas mourir d'Alain Decaux, mise en scène Jean-Marie Serreau,

Honneurs

Croix de guerre

Césars 1977 : nomination au César du meilleur acteur dans un second rôle pour Si c'était à refaire

Césars 1978 : nomination au César du meilleur acteur pour L'homme qui aimait les femmes