Les Ex-PCF

Le plus grand parti de France

Gilles Prin (né le 20 novembre 1953, à Paris), adhère aux Jeunesses Communistes en 1967 et au PCF en 1979.

Il exerce plusieurs métiers : ouvrier de la presse, puis employé à L’Humanité et à La Vie Ouvrière, animateur de centre de Loisirs et de vacances, administrateur réseaux-Systèmes informatiques, responsable d’un Espace Public Numérique Associatif.

Il est membre du comité d’arrondissement de la JC du XIX arrondissement de Paris.

Par la suite, Prin est membre du bureau de la section PCF de Pont-de-Flandre (XIXe).

Il quitte le PCF en 1985 : « Depuis le manifeste de Champigny et le Programme Commun je me posais beaucoup de questions sur la ligne du PCF. En 1985 cette ligne révisionniste du Parti était devenue évidente à mes yeux. Et tout aussi évident, le fait qu’on ne pouvait rien changer de l’intérieur. »

Prin adhère au Parti de Gauche de Mélenchon, en 2012, à la recherche d’une solution politique. Il quitte ce parti au bout de 15 jours, « tellement ce parti était dans la pure ligne sociale chauvine et sociale démocrate de la 2ème internationale et de tout ce qui se prétend « de gauche » depuis » .

Adhère un temps au Pôle de renaissance communiste en France (2013), puis à l’Union des Révolutionnaires-Communistes de France (2014) et au Parti Communiste Révolutionnaire de France (2016).  Pour Prin, « ces 3 mouvements sont aussi habités par le révisionnisme. »

Par la suite, il est sans parti mais contribue à des sites internet (dont il est l’un des responsables) : Les vrais amis de l’URSS ; Reconstruction communiste.

Sources

Contribution personnelle