Les ex-PCF

Le plus grand parti de France


Warning: "continue" targeting switch is equivalent to "break". Did you mean to use "continue 2"? in /web2/expcf/www/templates/dissidents_essai_03_2/functions.php on line 205

Gilbert Wasserman (né à Paris le 24 mai 1949, mort à Gennevilliers (Hauts de Seine) le 16 janvier 2006), fils de résistant, suit des études d’histoire à l’université de Nanterre.

Wasserman adhère aux Jeunesses communistes à quinze ans, dans son lycée d’Asnières.

Journaliste

Quitte le PCF en 1987

Il prend très vite des responsabilités et devient en 1968 le responsable de l'Union des étudiants communistes à Nanterre. Il est élu à la direction nationale de l’UEC de 1968 à 1973, et au Bureau national en 1970.

En 1971, il fait partie de la direction de l'Unef (Renouveau).

Jean Kanapa, membre du Bureau politique du PCF, en 1973, l'envoie à Prague pour représenter le PCF au sein de la rédaction de la Nouvelle Revue internationale, avec mission  de travailler à la préparation de ce qui deviendra ensuite l'eurocommunisme

De retour en France, Gilbert Wasserman devient journaliste à l'hebdomadaire communiste France-Nouvelle qui devient Révolution. Il démissionne de la rédaction en 1984, en raison de ses divergences politiques de plus en plus marquées avec l'orientation de la direction du PCF.

C'est au début des années 1980 qu'il passe dans l'opposition ouverte à Georges Marchais en refusant de signer un texte de soutien à Marchais sur l’intervention des soviétiques en Afghanistan. En 1984, il rejoint les «rénovateurs», opposants internes au PCF.

En 1987, il quitte le PCF, juste avant la campagne présidentielle de 1988, où Pierre Juquin se présente au nom d'une gauche alternative.

Il est le directeur de Revue M, créée en 1986, qui cherche à fédérer des personnalités venues de l'extrême gauche et de la gauche autogestionnaire, avec l'objectif de susciter une «recomposition» du paysage politique à gauche. En parallèle, Wasserman est rédacteur en chef de Afrique – Asia, journal tiers-mondiste.

Il participe aussi aux différents mouvements des dissidents du PCF : Alternative démocratie socialisme (ADS), Refondations, la Convention pour une alternative progressiste (CAP), le Forum de la gauche citoyenne.

Pour la CAP, il est le co-fondateur avec Charles Fiterman, Marcel Rigout, Jean-Pierre Brard, et le coordinateur national.

C'est à la tête de la CAP que Wasserman participe au lancement du processus de discussion de la "gauche plurielle" en 1996, aux côtés du PS, des Verts, du PRG et du PCF, qui aboutit à la victoire de la gauche en juin 1997.

Il anime la revue de la CAP, Confluences.
En  1998, il crée la revue Mouvements, revue qui vise à favoriser les échanges entre chercheurs scientifiques, théoriciens et gens de terrain, dans une démarche à la fois «réformatrice» et «accrochée à un horizon radical de transformation sociale».

Spécialiste du mouvement altermondialiste, il est membre de la commission Europe d'Attac.

Wasserman est mort d'une crise cardiaque, à cinquante-six ans.

 

Sources

Gilbert Wasserman - Wikipédia

Le Monde, 19 janvier 2006

Histoire de Mouvement – Entretien avec Gilbert Wasserman – CAIRN. INFO

Publications

Nanterre : une histoire, Temps actuels, 1982

Quelle transformation de la société ? L'Atelier (avec Jean-Christophe Cambadélis et Yves Cochet), 1995

La Constitution européenne : dix clés pour comprendre, La Découverte (avec Arnaud Lechevalier), 2005

Les Conséquences du non, Éditions d'organisation (avec Jean-Louis Clergerie), 2005

À gauche !, La Découverte (collectif)

Où va le mouvement altermondialiste ?, La Découverte (collectif)