Les ex-PCF

Le plus grand parti de France


Warning: "continue" targeting switch is equivalent to "break". Did you mean to use "continue 2"? in /web2/expcf/www/templates/dissidents_essai_03_2/functions.php on line 205

Mécanicien à la Compagnie des chemins de fer du Nord, Pierre Mercier (né à Somain (Nord) le 4 septembre 1873, mort à Somain le 22 novembre 1931) adhère au Parti socialiste (SFIO) et à la CGT dès avant la Première Guerre mondiale.

En 1919, il est élu maire de Somain (anciennement Villers-Campeau) à la tête d’une liste socialiste. Il sera réélu maire jusqu’à sa mort.

En 1919, il emporte aussi le siège de conseiller général du canton de Marchiennes (Nord).

Il est nommé secrétaire du syndicat CGT des cheminots de Somain en 1919.

Mercier est l’un des premiers à faire campagne dans le Douaisis, pour l’adhésion à la IIIe Internationale. Il suit la majorité au Congrès de Tours en décembre 1920, et adhère au Parti communiste (SFIC).

Après avoir affilié son syndicat à la nouvelle confédération CGTU, Mercier abandonne le secrétariat du syndicat des cheminots de Somain, à la fin de l’année 1922.

Très populaire auprès des militants de la base, il est considéré comme l’un des principaux dirigeants communistes de Somain.

Il est réélu conseiller général en 1922 et en 1928

Mercier est exclu du Parti communiste en 1929, pour « opportunisme politique ». Un article paru dans L’Enchaîné du 29 octobre 1929 donne comme motifs «officiels» : le refus opposé par Mercier à une résiliation de son mandat (qui expire en 1934) ainsi que son télégramme de condoléances au gouvernement allemand, à l’occasion de la mort de Gustav Stresemann, ministre des Affaires étrangères d’Allemagne. L’article conclue : le Parti «imposera à tous ses adhérents la discipline de fer qui doit être le propre d’un parti bolchevik.» En fait, cette affaire s’inscrit dans le contexte de changement d’orientation de l’Internationale et de mise en place de la stratégie de «classe contre classe» au PCF. Avec ses conséquences : la mise à l’écart des éléments «droitiers» ou réticents à l’application de cette politique.

Après le décès de Pierre Mercier, en 1931, le siège de conseiller général du canton de Marchiennes échoit à Victor Brachelet, membre du PCF et maire de Somain depuis 1912.

Sources

Antoine Mercier – Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier – Yves Le Maner

Mandats électifs

Maire de Villers-Campeau : 1919 - 1931

Conseiller général : 1919-1931