Les ex-PCF

Le plus grand parti de France


Warning: "continue" targeting switch is equivalent to "break". Did you mean to use "continue 2"? in /web2/expcf/www/templates/dissidents_essai_03_2/functions.php on line 205

Fils d’un ajusteur aux chemins de fer, Maurice Naile (né à Clichy (Hauts-de-Seine) le 12 décembre 1892, mort à Clichy le 9 juin 1940) est cheminot et participe tout jeune aux luttes sociales.

Il adhère aux Jeunesses socialistes.

Il est incorporé en 1913, et blessé en 1914 (il perd l’usage du bras gauche et est réformé en 1915).

De retour dans sa ville natale, il travaille comme comptable chez un négociant en café de Clichy. Il devient secrétaire de la section locale des Jeunesse communistes. Il adhère au Parti socialiste et milite pour IIIe Internationale.

Il est président de la Prolétarienne sportive clichoise et fonde une section locale de l’Association républicaine des anciens combattants (ARAC).

Après le congrès de Tours (1920), Naile rallie la majorité et adhère au Parti communiste (SFIC).

En 1925, Naile est élu conseiller municipal de Clichy, sur la liste de Charles Auffray, et devient premier adjoint.

A partir de 1928, il collabore sous le pseudonyme de Claude Prairial, au Prolétaire de Clichy-Levallois, journal d’informations municipales, dont il est l’administrateur.

Réélu en 1929, exclu quelque temps plus tard du Parti communiste, il suit le maire au Parti ouvrier et paysan (POP) et devient membre de son Comité directeur.

Réélu en mai 1935 sur la liste du Parti d’unité prolétarienne (regroupement du POP et du Parti socialiste communiste), Naile est reconduit dans ses fonctions d’adjoint. Il entre le mois suivant au conseil général, succédant à Charles Auffray, toujours maire de Clichy. En 1937, il se brouille avec ce dernier et choisit de réintégrer le Parti communiste, «seul parti qui défend les travailleurs».

Maurice Naile quitte à nouveau le Parti Communiste, le 19 septembre 1939, après la signature du Pacte germano-soviétique. «Deux fois désespéré d’avoir vécu la perte de son parti et celle de sa patrie», il se suicide avec sa femme au moment où les troupes allemandes pénètrent dans Paris.

Sources

Maurice Naile – Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier - Claude Pennetier et Nathalie Viet-Depaule

Mandats électifs

Conseiller général : 1935 - 1939

Conseiller municipal (1er adjoint) de Clichy : 1929 – 1939