Les ex-PCF

Le plus grand parti de France


Warning: "continue" targeting switch is equivalent to "break". Did you mean to use "continue 2"? in /web2/expcf/www/templates/dissidents_essai_03_2/functions.php on line 205

Michel Cardoze (né à Talence (Gironde) le 21 mai 1942) fait des études d’histoire à la faculté de Bordeaux.

Secrétaire fédéral de Gironde

Départ en 1986

Son père Edmond Moïse Cardoze, est cheminot à Bordeaux et élu FO du personnel, sa mère Geneviève Bontemps, est professeur de musique,

Il adhère à l’Union des étudiants communistes (UEC) en 1959. Il est élu au comité national, puis au bureau national de l’UEC. À ce titre il participe activement aux luttes internes et à la crise de l’UEC, durant laquelle il défend les positions du PCF.

Il adhère au Parti communiste en 1960 et devient membre du Comité fédéral en 1964. L’année suivante, il accède au bureau fédéral.

Il devient permanent du PCF en 1965, responsable de la propagande, jusqu’en 1969.

Dans ce cadre, il assure la rédaction du journal communiste local, Les Nouvelles et assume les fonctions de correspondant régional de l’Humanité. Il devient membre du secrétariat fédéral, en 1967.

Journaliste à l’Humanité en 1970, d’abord au service politique et social puis responsable du service culturel, il s’installe alors à Fontenay-sous-Bois (Val-de-Marne), où il est conseiller municipal de 1971 à 1977. En 1979-1980, il participe à la conception et au lancement du nouvel hebdomadaire Révolution dont il est rédacteur en chef.

Il quitte Révolution pour manifester son désaccord avec le PCF, sur la question afghane mais il reste au PCF.

En 1981, après l’élection de François Mitterrand, Cardoze entre à France-Inter où il anime une chronique politique matinale et crée le magazine de reportages «Tabou». En 1984, il entre à TF1 comme rédacteur en chef adjoint et chef du service Société-Culture.

Après la privatisation de la chaîne, il est relégué, de 1987 à 1991, à la présentation de la météo. Mais Cardoze transforme cette fonction, en imposant un style poétique, truffé de référence culturelles et littéraires, et une présence indiscutable.

Il quitte le PCF en 1986.

En 1991, il intervient sur La Cinq pour présenter l'émission Ciné 5, qui rencontre alors un succès plutôt mitigé. Il anime cette émission jusqu'à ce que La Cinq cesse d'émettre, au mois d'avril 1992.

Il revient vers la radio, avec RMC (1991-1993), puis travaille à la télévision (1993-2002) sur Monte-Carlo TMC, où il anime l'émission Sud.

Il prend sa retraite en 2002.

Retiré dans le Gers, Cardoze organise tous les ans le marché aux fleurs de Fourcès. Depuis le 10 mai 2010, il livre tous les matins un billet d'humeur, en direct sur Sud Radio, aux côtés d'Éric Mazet. Il présente aussi l'émission Histoire des Suds, tous les jours de 13 heures à 14 heures, et l’émission La vie de château sur la chaîne de télévision locale TV7 Bordeaux.

Il a publié en 1986 un Nouveau Voyage à l’intérieur du PCF où s’expriment de nombreux militants ouvriers déchirés et en rupture avec la direction de Georges Marchais qui les avait qualifiés de « liquidateurs ». En 2007, il publie un livre de souvenirs personnels, politiques et professionnels sous le titre L’Armoire Rouge.

Au Festival de Jazz de Marciac (Gers), il est depuis plusieurs années, le présentateur avisé des groupes de jazz qui se succèdent sur la grande scène.

Son épouse, Anne Carmona, a milité aussi à l’UEC et au PCF.

Sources

Michel Cardoze – Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier - Fabien Gay

Michel Cardoze - Wikipédia

Mandats électifs

Conseiller municipal : 1971 à 1977

Responsabilités au PCF

Secrétaire fédéral de Gironde.

Rédacteur en chef de Révolution

Publications

Nouveau Voyage à l’intérieur du PCF, Fayard, 1986.

L’Armoire rouge - Mémoires d’un journaliste, du communisme à la météo, 2007, Sud Ouest (Éditions), 269 p.