Les ex-PCF

Le plus grand parti de France

Le Pôle de renaissance communiste en France (PRCF) est fondé en janvier 2004, après un processus de regroupement de plusieurs personnalités communistes en désaccord avec la direction du PCF.

En juin 2001, une réunion est organisée pour des "Retrouvailles communistes" au gymnase Japy, à Paris, avec la participation de communistes dissidents mais en grande partie toujours adhérents du PCF : Georges Hage, député ; Jean-Claude Danglot, secrétaire de la fédération du PCF du Pas-de-Calais ; Jean-Jacques Karman (Gauche Communiste du PCF), conseiller général de Seine-Saint-Denis ; Henri Alleg ; Henri Martin ; François Crémieux ; Pierre Pranchère, député honoraire ; Pierre Lévy ; Vincent Flament (CNUC94 - CMC)

En janvier 2002, la Fédération Nationale des Associations pour la Renaissance Communiste (FNARC) est créée par regroupement :

- Du Collectif National Unitaire des Communistes (CNUC), fondé par Georges Hage, en 2000

- De la Coordination des Militants Communistes du PCF pour sa Continuité Révolutionnaire et sa Renaissance Léniniste (CMC) de Georges Gastaud

- De divers groupes locaux.

La FNARC est dirigée par cinq coprésidents : Henri Alleg, Jacques Coignard, Georges Hage (député), Léon Landini, Pierre Pranchère (député honoraire). Le bureau comprend aussi : Jean-Pierre Hemmen (président délégué), Georges Gastaud (porte-parole), Vincent Flament (secrétaire national).

En janvier 2004, la FNARC devient le Pôle de Renaissance Communiste en France (PRCF).

L'acte fondateur du PRCF précise : « le Pôle de Renaissance communiste ne se conçoit pas comme un parti mais comme un regroupement de militants travaillant sur la base d’une analyse marxiste-léniniste actualisée de la société ; le nouveau Pôle travaillera également à susciter des convergences communistes d’action sur tous les problèmes d’actualité ». Pour ce qui concerne le PCF, il considère qu'il n'est pas possible de le « redresser de l'intérieur ». C'est pourquoi il se donne l'objectif de créer un parti continuateur du PCF, qui continue l’action d'avant le 22e congrès (date de l'abandon de la dictature du prolétariat, et donc de facto du marxisme-léninisme).

Le président de PRCF est Léon Landini et son secrétaire national Georges Gastaud. Georges Hage, en a été le président d'honneur jusqu'à sa mort en 2015.

Le PRCF a présenté plusieurs candidats aux élections législatives de juin 2007 ainsi qu'aux élections municipales et cantonales de mars 2008.

Aux Élections européennes de 2009, le PRCF fait campagne pour « l’abstention citoyenne », notamment parce qu’il juge que se serait « cautionner le viol du non à la constitution européenne du 29 mai 2005 ».

Le PRCF édite le mensuel Initiative communiste et la revue théorique ÉtincelleS.