Les ex-PCF

Le plus grand parti de France


Warning: "continue" targeting switch is equivalent to "break". Did you mean to use "continue 2"? in /web2/expcf/www/templates/dissidents_essai_03_2/functions.php on line 205

Edith Scob (née à Paris le 21 octobre 1937, décédée à Paris le 26 juin 2019), suit des cours de lettres à Paris.   

Actrice

Adhère au PCF à 20 ans

Son père, architecte, est le fils d'un général de l'armée impériale russe ; sa mère est la fille du pasteur Henri Nick (très engagé dans l’action sociale dans le nord de la France).

Elle est très croyante et à 14 ans elle perd la foi : «Soudain, je ne suis plus arrivée à croire.» Un an plus tard, elle passe trois semaines en maison de repos pour anorexie. Sa vie sera «chaotique» jusqu'à 22 ans : «La psychanalyse m'a sauvé la vie.»

Elle adhère au PCF en 1957, et elle y reste quelque temps.

Dans les années 70, elle crée avec son mari, le compositeur d'origine grecque Georges Aperghis, l'Atelier théâtre et musique (Atem), théâtre expérimental, à Bagnolet. L'Atem est une petite structure de huit personnes, où la réalité sociale inspire des créations pluridisciplinaires, poétiques, satiriques. Avec un objectif constant : aller à la rencontre du public, y compris le plus défavorisé. «On pensait vraiment pouvoir changer le monde. C'était magnifique, cette utopie.»

Édith Scob joue dans une trentaine de films. Au début de sa carrière, elle tourne six films avec Georges Franju, notamment Les Yeux sans visage qui l'a révélée en 1959.

Elle joue aussi bien dans des films et téléfilms très populaires que dans des films de recherche et au théâtre dans des mises en scène d’Antoine Vitez ou de son mari Georges Aperghis.

Avec Georges Aperghis, elle a deux garçons, scénaristes.

Son frère est le coureur cycliste Michel Scob (1935-1995), quadruple champion de France sur piste.

 

Sources

Edith Scob – Wikipédia

Edith et Helena Scob, solidarité et atelier théâtre-musique – Arthur Porto, Mediapart, 28 juin 2019

L’art de l’éclipse, Sabrina Champenois, Libération du 24 février 2009

Films

La Tête contre les murs, Georges Franju, 1959,

Les Yeux sans visage, Georges Franju, 1959,

Le Bel Âge, Pierre Kast, 1960,

La Ligne de mire, Jean-Daniel Pollet , 1960,

La Chambre ardente, Julien Duvivier, 1961,

Thérèse Desqueyroux, Georges Franju, 1962,

Judex, Georges Franju, 1963,

Thomas l'imposteur, Georges Franju, 1965,

La Voie lactée, Luis Buñuel, 1969,

Un beau monstre, Sergio Gobbi, 1971,

L'Acrobate, Jean-Daniel Pollet, 1976,

À chacun son enfer, André Cayatte, 1977,

La Vocation suspendue, Raoul Ruiz, 1977,

Mille milliards de dollars, Henri Verneuil, 1982,

L'Été meurtrier, Jean Becker, 1983,

Les Amants du Pont-Neuf, Leos Carax, 1991,

La Cavale des fous, Marco Pico, 1993,

Jeanne la Pucelle - Les prisons, Jacques Rivette, 1994,

Le Temps retrouvé, Raoul Ruiz, 1998,

Vénus beauté (institut),Tonie Marshall, 1999.