Les ex-PCF

Le plus grand parti de France


Warning: "continue" targeting switch is equivalent to "break". Did you mean to use "continue 2"? in /web2/expcf/www/templates/dissidents_essai_03_2/functions.php on line 205

Jean-François Kahn (né à Viroflay (Seine-et-Oise) le 12 juin 1938) suit des études d’histoire et obtient une licence.

Directeur d'hebdomadaires

Au PCF pendant 2 ans

Il est le fils du philosophe Jean Kahn-Dessertenne (1916-1970).

Sous l'Occupation, Jean-François Kahn porte le nom de jeune fille de sa mère, Ferriot, et ne reprend son nom de Kahn qu'à la fin des années 1950,

Il adhère au PCF et y restera deux années.

Il débute comme journaliste à Paris Presse l'Intransigeant en 1959, où il est envoyé couvrir la guerre d'Algérie. Il travaille ensuite au Monde, puis L'Express (c'est lui qui mène l'enquête journalistique qui aboutit à la révélation de l'affaire Ben Barka , avec Jacques Derogy).

Puis il est chroniqueur sur Europe 1, et est nommé directeur de la rédaction des Nouvelles littéraires (en 1977).

Amateur et connaisseur de la chanson française, il anime dans les années 1970 l'émission Avec tambour et trompette sur France Inter, et, dans les années 1980, l'émission Chantez-le moi.

En 1984, il crée L'Evénement du jeudi puis, en 1997, l'hebdomadaire Marianne dont il est le directeur jusqu'en 2007 (il continue à tenir jusqu'en 2011, une chronique intitulée « bloc-notes »).

Il est opposé à l'intervention de l'OTAN en Serbie en 1999 et la guerre d'Irak en 2003. Il prend position pour le « oui » au projet de Constitution européenne en 2005.

En 2007, il soutient « par défaut » la candidature de François Bayrou à l'élection présidentielle.

Il candidat aux Elections européennes de 2008 pour le Mouvement démocrate. Il est élu au Parlement européen mais, conformément à ses engagements de campagne (il avait annoncé qu'il ne siégerait que si la liste qu'il menait obtenait au moins deux élus), il renonce à ce mandat au profit de la députée européenne sortante, Nathalie Griesbeck.

Il est le frère du chimiste Olivier Kahn (1942-1999) et du généticien Axel Kahn (né en 1944). Il a trois enfants, dont deux avec sa première épouse, et un avec Rachel Kahn.

 

Sources

Jean François Kahn – Wikipédia

Publications

La Guerre civile, Seuil, 1982,

Et si on essayait autre chose ?, Seuil, 1983,

Les Français sont formidables, Balland, 1987,

La Pensée unique, Fayard, 1995,

Les Poèmes politiques, Fayard, 1998,

Tout était faux, Fayard, 1998,

Complot contre la Démocratie, Denoël, 2000,

Dictionnaire incorrect, Plon, 2005,

Pourquoi il faut dissoudre le PS, Larousse, 2008,

L'Alternative. Oui, c'est possible !, Fayard, 2009,

La Catastrophe du 6 mai 2012, Plon, 2012,

L'Horreur médiatique, Plon, 2014,

La Tragédie de l’Occident. L’Invention des Français, Fayard, 2014,

À bas cette gauche-là, Plon, 2015.