Les ex-PCF

Le plus grand parti de France


Warning: "continue" targeting switch is equivalent to "break". Did you mean to use "continue 2"? in /web2/expcf/www/templates/dissidents_essai_03_2/functions.php on line 205

Yves Cachin (né à Ambositra (Madagascar) le 20 juillet 1916, mort à Paris le 17 mars 2010), neveu de Marcel Cachin, fait des études médecine, à Paris et devient interne des hôpitaux de Paris, à 20 ans, en 1936.

A la Libération, résistant, il représente les internes au comité d’épuration. Il est décoré de la Médaille de la Résistance. Pendant l’Occupation il se solidarise avec les médecins juifs victimes de l’antisémitisme.

Il adhère au PCF, et de 1947 à 1957, il est président de la commission nationale des médecins communistes. Il vit difficilement l’épisode du «complot des blouses blanches», et après l’intervention de l’URSS, en Hongrie, il rompt avec le PCF. En novembre 1956, il convoque une réunion des membres de la revue La nouvelle médecine et fait voter une protestation à l’unanimité, contre cette intervention.

Il est l’un des membres du groupe de dissidents du PCF, réuni autour de la revue L’Étincelle. Revue à laquelle participent François Châtelet, Henri Lefebvre, Anatole Kopp, Robert Brécy.

Cachin entre à l’Institut Gustave-Roussy en 1960, comme chef de service ORL, puis chef du département de chirurgie cervico-faciale. Il est professeur associé au Collège de médecine des hôpitaux de Paris et membre du Conseil scientifique de l'Institut Curie, et devient, en 1972, président du groupe coopérateur des cancers du cou et de la tête de l'Organisation européenne de recherche sur le traitement du cancer. De 1974 à 1978, il est directeur par intérim de l’Institut Gustave-Roussy.

Cachin est présenté comme « le père de l’oncologie ORL moderne ».

A la retraite, il préside la Commission nationale des cancers auprès du ministère de la santé de 1983 à 1987.

 

Sources

Yves Cachin – Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier - Claude Pennetier

Yves Cachin - Wikipédia

Yves Cachin, chirurgien, Le Monde, Paul Benkimoun, 31 mars 2010

Honneurs

Médaille de la Résistance