Les Ex-PCF

Le plus grand parti de France

 Ecrivain, historien ; adhère au PCF en 1949, le quitte en 1956 ; député et ministre socialiste.

Professeur de philosophie ; membre du Bureau politique ; directeur du Centre d’études et de recherches marxistes (CERM) ; exclu du PCF en 1970.

Professeur agrégé ; membre du Comité fédéral du Pas de Calais ; quitte le PCF vers 2004 ; secrétaire général du Pôle de renaissance communiste.

 Professeur d’université, spécialiste de la Grèce antique ; quitte le PCF vers 1958 ; directeur de Voies nouvelles revue oppositionnelle.

Maçon ; formation cléricale ; maire adjoint de Grenoble ; député ; quitte le PCF en 1994 ; membre du mouvement des Refondateurs.

Employé PTT, docteur en économie sociale ; secrétaire de la fédération de Paris, exclu en 1980.

Journaliste à France Nouvelle ; quitte le PCF en 1987 ; co-fondateur de la Convention pour une alternative progressiste (CAP).

Ouvrier du Bâtiment ; député de Pantin en 1936 ; assassiné sur ordre du PCF en 1941 ; fondateur du Parti ouvrier et paysan français.

Ouvrier du Livre puis imprimeur ; résistant ; adhère au PCF en 1941 ; est exclu au moment de l’affaire Tillon-Marty ; directeur Unir et Débat Communiste.

Anthropologue, directeur d’études à l’EHESS ; adhère au PCF en 1952, le quitte en 1968, suite à l’invasion de la Tchécoslovaquie.

Chanteuse, actrice française ; adhère aux Jeunesses communistes après la Libération , elle quitte les JC quelques mois plus tard.

Cinéaste, réalisateur, producteur ; adhère au PCF en 1968, le quitte en 1979 après la rupture de l’alliance avec le PS.

Ajusteur outilleur ; secrétaire général CGT de Renault ; membre du CC du PCF ;  quitte le PCF en 1997 ; co-fondateur de Rouges vifs.

Professeur ; résistant, membre du CNR ; député du Finistère (1945-1948) : rédacteur en chef adjoint de l’Humanité ; exclu du PCF en 1956 ; socialiste puis gaulliste de gauche.