Les ex-PCF

Le plus grand parti de France

Pour les mouvements Rénovateur, Reconstructeur, Reconstructeur, le schéma ci-dessous synthétise la chronologie et l'enchaînement de la constitution des différents groupes de dissidents.

Collectif de Coordination des Rénovateurs Communistes - COCORECO 

Départs entre 1985 et 2010  
Bertrand Mireille 1991
Brard JeanPierre 1996
Cardoze Michel 1986
Constans Hélène 1991
Damette Félix François 1991
Diard Jean 1994
Dufriche Marcel 1997
Falcetta Albert 1991
Fiterman Charles 1998
Fraysse Jacqueline 2010
Gibout Guy 2000
Halbeher Aimé  1997
Herzog Philippe 1996
Jarry Patrick 2010
Jarry Robert 1989
Kirkyacharian Jean 1988
Lhommédé Michel Robert 1986
Le Pors Anicet 1994
Martelli Roger 2010
Perlican Rolande  2002
Poperen Claude Émile 1991
Poussy Guy 2002
Porcu Antoine 1985
Pronteau Jean Sylvain 1989
Rigout Marcel 1990
Sainjon André 1989
Scheibling Jacques 1986
Sève Lucien 2010
Wasserman Gilbert 1987
Zarka Pierre  2010
   
   

Le 31 janvier 1987, les communistes rénovateurs créent le Collectif de Coordination des Rénovateurs Communistes (COCORECO) dont les responsables sont : Claude Llabrès, Claude Sylard, Alain Amicabile, Gilbert Wasserman.

Le COCORECO soutient la candidature de Pierre Juquin à l'élection présidentielle de 1988.

Initiative pour la Reconstruction Communiste - IRC

En mai 1988, le groupe Initiative pour la Reconstruction Communiste (IRC) est créé et édite en octobre de la même année, la brochure Qu'est-ce qu’un révolutionnaire dans la France de notre temps?» signé par Claude Poperen, Marcel Rigout, Félix Damette, Jean Breteau, Marcel Caille, Marcel Dufriche, Daniel Garipuy, Louis Odru, Colette Goeuriot, Philippe Haumont, Roger Ranoux, Roland Renard, Marc Richevaux.

Le IRC (ou le Mouvement des Reconstructeurs) est la première structure organisée à l’intérieur du PCF, «pour faire bouger le parti» sans le quitter.

Mouvement des Rénovateurs Communistes - MRC

En novembre 1988, COCORECO organise les Assises des communistes rénovateurs qui se tiennent à Vitrolles (Bouches-du-Rhône). Au cours de ces Assises, deux courants  apparaissent qui vont conduire à la création de deux structures dont l'une est le Mouvement des Rénovateurs Communistes (MRC) ayant l’appui de la majorité.

Association de Recherche et d’Initiatives pour l’Autogestion et le Socialisme - ARIAS

En décembre 1989, IRC devient Association de Recherche et d’Initiatives pour l’Autogestion et le Socialisme (ARIAS). Son Président est Marcel Dufriche, maire de Montreuil.

Les tenants de cette initiative sont désignés par le vocable Reconstructeurs.

L'Alternative démocratie socialisme - ADS

En 1992, l’Association de Recherches et d'Initiatives pour l'Autogestion et le Socialisme (ARIAS) et le Mouvement des Rénovateurs Communistes (MRC) fusionnent et créent Alternative pour la Démocratie et le Socialisme (ADS).

Les membres fondateurs : Claude Poperen, Marcel Rigout, Félix Damette, Claude Llabrès, Jacques Jouve, Maurice Charrier, Gaston Viens...

Convention pour une alternative progressiste - CAP

En 1994, la Convention pour une alternative progressiste (CAP) est créée par le rassemblement de personnalités et militants issus de différentes organisations :

- Personnalités du PCF : Jean-Pierre Brard, Gilbert Wasserman

- Alternative Démocratie Socialisme (ADS) : Claude Poperen, Marcel Rigout

- Refondations : Charles Fiterman

- Alternative Citoyenne (Cécile Silhouette, Gérard Bohner), dissidente du Mouvement des Citoyens (MDC)

- Ligue Communiste Révolutionnaire (LCR)

- Association pour de Nouvelles Perspectives à Gauche (ANPAG).

Les dirigeants de CAP : Gilbert Wasserman, coordinateur national ; Thérèse Rabatel et Bernard Ravenel, porte-parole ; Roland Mérieux, trésorier.

Association des communistes unitaires - ACU

En Janvier 2007, dans le cadre de la préparation de l’élection présidentielle, se réunissent à Saint Denis (Seine Saint Dennis), des communistes opposés à la candidature de Marie-George Buffet et favorables à "une candidature antilibérale unitaire".

En Mars 2007, l'Association des Communistes Unitaires (ACU) est créée par Gilles Alfonsi et Jean-Christophe Chaumeron. L’objectif est de "construire un espace communiste ouvert en articulation avec les luttes sociales et le mouvement antilibéral".

Fédération pour une alternative sociale et écologique - FASE

Le 17 décembre 2008, la Fédération pour une alternative sociale et écologique (FASE) est constituée par le regroupement de plusieurs structures de la gauche :

- Alternative démocratie socialisme (ADS) 

- Association des Communistes unitaires (ACU) 

- Alter Ekolo (courant des Verts) 

- Mouvement Utopia (association d’éducation populaire) 

- MAI, Mouvement politique pour une convergence des alternatives à la mondialisation et pour la sortie du productivisme 

- Les Alternatifs.

La FASE a pour objectif de regrouper toute la « gauche alternative », les gauches anticapitaliste, antilibérale et écologiste.

Ensemble !

Les 23 et 24 novembre 2013, Ensemble ! (Ensemble, mouvement pour une alternative de gauche, écologiste et solidaire) est lancé lors d’assises nationales à Saint-Denis, par plusieurs structures politiques de la gauche :

- Fédération pour une alternative sociale et écologique (FASE) créée en 2008,

- Alternative démocratie socialisme (ADS) créée en 1991

- Association des communistes unitaires (ACU) créé en 2007,

- Les Alternatifs (LA) : mouvement fondé en 1998, héritier d'une tradition de gauche communiste, écologiste et autogestionnaire, membre du Front de gauche depuis novembre 2012

- Alter Ekolo, courant des Verts créé en 2008.

- Mouvement Utopia (association d’éducation populaire implantée auprès du PS, du PG, du PRG et des Verts)

- MAI, Mouvement politique pour une convergence des alternatives à la mondialisation et pour la sortie du productivisme

- Convergences et alternative (C&A) : « courant unitaire anticapitaliste », formé au sein du Nouveau Parti anticapitaliste (NPA) qu'il quitte après le congrès du NPA de février 2011

- la Gauche anticapitaliste (GA) : fondée en novembre 2011 comme courant du NPA, elle prend son autonomie en juillet 2012 pour rejoindre le Front de gauche. De tradition marxiste-révolutionnaire et écosocialiste, elle comprend des figures issues du NPA et de l'ancienne Ligue communiste révolutionnaire, comme Myriam Martin et Pierre-François Grond

- Unitaire(s) » : réseau de militants issus du parti Gauche unitaire, dont la direction minoritaire a refusé d'intégrer le mouvement.

En 2013, Ensemble ! devient la troisième force du Front de gauche.

En 2017, Ensemble ! soutient la candidature de Jean-Luc Mélenchon à la présidentielle sans se rallier à la France insoumise.

Les porte-parole d'Ensemble ! : Clémentine Autain, Myriam Martin et Jean-François Pellissier.